Congrès en sports adaptés de Montréal – Retour

Congrès en sports adaptés de Montréal – Retour

Le 11 novembre dernier se tenait le tout premier congrès en sports adaptés de Montréal (CÉSAM) organisé par CIVA (centre d’intégration à la vie active), auquel j’ai eu le bonheur de participer à titre de conférencière. C’était un congrès destiné aux professionnels de la santé. Cependant, certaines informations pourraient vous intéresser. Je vous résume brièvement la journée.

Conférences:

Tout d’abord, il y a eu les conférences. Elles ont permis aux participants de repartir avec des outils pour rendre l’activité physique accessible à leur patients/clients, que ce soit les enfants ayant un retard de développement moteur, les jeunes ayant la paralysie cérébrale, les gens présentant des troubles neurologiques, ou les déficiences physiques de toutes sortes chez les jeunes. Mot d’ordre : L’activité physique est bénéfique, peu importe la condition. Les données scientifiques le prouvent. Il faut la rendre agréable, ludique : Que les gens aient “du gros fun” !

Panel:

Il y a eu aussi un panel pour répondre à des questions. Le thème : Le sport adapté, le chemin parcouru et les enjeux pour l’avenir. Se tenait sur le panel Alison Levine, athlète paralympique de Boccia, Maxime Gagnon du défi sportif AlterGo, Claude Lefrançois, président de Viomax (centre de conditionnement adapté à but non lucratif) et Pierre Séguin, acteur important du Powerchair Soccer au Québec.

Il y a eu consensus qu’un changement de mentalité est en cours au Québec, et même à plus grande échelle. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire. La prise de parole par les personnes handicapées a été un fort moteur pour les changements, et le sera encore dans le futur, probablement davantage que lorsqu’il s’agit de professionnels de la santé! Les médias sociaux jouent un rôle pour faire connaître le sport adapté, ainsi que les sportifs et les athlètes. Le paralympique commence à être reconnu, même si, aux yeux de la population générale, certains sports semblent plus prestigieux que d’autres!

On a souligné que les acteurs des centres de réadaptation du Québec, des hôpitaux, et autres dispensateurs de soins de santé doivent devenir des ambassadeurs de l’activité physique et du sport adapté. Parfois, les gens se sentent isolés avec leur condition dans le système ; On a nommé par exemple le cas d’un double amputé dans un centre de réadaptation qui se croyait “seul au monde” avec cette condition. En commencant à pratiquer un sport adapté, il a eu un fort sentiment d’appartenance et a brisé son sentiment d’isolement: “Wow, y’en a plein d’autres comme moi!”. Les activités sportives peuvent permettre à des gens de se retrouver avec des pairs, parfois plus que dans le système de la santé. Aussi, les professionnels ont un rôle de promotion de saines habitudes de vie. Que se passe-t-il une fois la réadaptation terminée? Le sport adapté est une avenue intéressante. Il faut connaître les organisations pour pouvoir partager ces informations.

Il a été soulevé qu’il est difficile d’établir des équipes de sport adapté en région, étant donné la faible densité de population, le manque de budget, de transport… Les bénévoles et les gens impliqués sont le fondement de la pérénité des organisations sportives. Leur présence est primordiale. Salutation particulière aux parents dévoués.

Les sports:

Plus pratico-pratique : Nous avons eu droit à des ateliers pratiques, à des vidéos, et aux explications des règlements de différents sports adaptés disponibles au Québec.

Professionnels de la santé : Prenez connaissance de ces sports extraordinaires, et discutez-en avec vos patients.

Quant à vous qui cherchez un moyen de demeurer actif, voici un registre qui pourrait vous intéresser. Peu importe votre niveau de handicap physique.

Boccia :

Sport qui ressemble un peu à la pétanque, mais doit être joué en fauteuil roulant. Vous n’avez pas l’usage de vos bras? Ce n’est pas grave. Vous pouvez utiliser une rampe, avec un poussoir accroché à votre front, et un assistant sportif qui manie la rampe selon vos consignes. Ça semble facile? Pas du tout ! Ça demande une grande précision, une grande concentration, et un esprit sportif d’enfer… À la pratique, j’étais bien loin du cochonet !!

Le Rugby en fauteuil roulant :

C’est essentiellement la même chose que le rugby traditionnel : il faut amener le ballon en zone adverse. On doit dribler ou passer toutes les 10 secondes, et les contacts sont permis ! Ce sport a été créé à la base pour les quadriplégiques.

À quoi ça ressemble ?

Le Powerchair soccer: 

Pour les gens qui sont en fauteuil motorisé, c’est un jeu qui va vite ! Nous n’avons pas eu la chance de l’essayer samedi dernier, mais jetez un coup d’oeil à la vidéo, ça en vaut le détour :

Basket en fauteuil roulant : 

Je dois avouer que celui-ci a été de loin mon préféré! C’est bizarre, je n’aime pas jouer au basket debout! Mêmes règles, même terrain. Deux coups de roue maximum entre chaque drible.

À quoi ça ressemble?

Powerchair soccer – Rugby – Boccia – Basket : 

Vous voulez en savoir plus? Vous voulez participer? Rendez-vous sur le site de CIVA http://www.civa.qc.ca/services/developpement-physique pour découvrir ces sports, et d’autres ! La cross, les quilles et le yoga!

Para-badminton

Nouveauté au prochain olympique d’hiver! Le para-badminton peut être joué debout avec handicap aux bras ou aux jambes, ou assis en fauteuil roulant. Il y a aussi le para-badminton pour les gens de petite taille. Mêmes règles, même terrain que le badminton traditionnel, excepté que les limites changent dépendant du handicap et du jeu simple ou double !

À quoi ça ressemble?

Vous voulez essayer le para-badminton? Ça se passe auprès de Badminton Québec www.badmintonquebec.com, à Montréal.  Vous pouvez contacter Christian Guibourt, directeur technique au 514-252-3066 pour avoir des informations concernant votre région.

Para-Tennis

Mêmes règles, même terrain : 2 bonds! Il se joue en fauteuil roulant, même pour ceux qui ont des atteintes aux bras. On peut vous attacher la raquette à la main. Le défi, c’est de se propulser aussi avec la main qui tient la raquette, mais on apprend vite.

À quoi ça ressemble?

Para-ski de fond

Mon deuxième préféré ! Le 11 novembre dernier, nous ne l’avons bien-sûr pas essayé sur des skis. Le cadre sur lequel on s’assoit s’accroche soit à des skis, soit à une planche à roues : on peut le pratiquer en été sur une piste cyclabe ! Excellent exercice pour les bras et les abdos. Les roues unidirectionnelles nous obligent à faire un “push-up” pour soulever le devant du cadre et ainsi pouvoir pivoter et changer de direction. J’ai adoré.

À quoi ça ressemble (en hiver)?

Vous voulez avoir plus d’informations ? Rendez-vous sur le site de ski de fond Québec, section paranordique:

http://skidefondquebec.ca/volet-paranordique

Le para-cyclisme : 

Tricycle pour les gens qui manquent d’équilibre. Tandem pour les gens qui ont une déficience visuelle. Regardez bien la vidéo; Il y a même quelqu’un qui pédale avec une seule jambe ! Et puis il y a les vélos à bras. En compétition, ils sont en position hyper-aéro-dynamique, pratiquement couché sur le dos. Je me demande comment ils font pour bien voir devant eux ! Dégagez devant !

À quoi ça ressemble ?

Vous voulez en savoir plus ? Vous pouvez visiter le site internet www.cyclingcanada.ca sous la section paracyclisme. Vous pouvez aussi contacter Guillaume Plourde, entraîneur de paracyclisme à Bromont, 819-342-6092

Le hockey luge

Le dernier mais non le moindre : C’est probablement celui qui demande le plus d’aptitudes physiques. Équilibre essentiel au niveau du tronc, et très bonne force des bras. S’adresse davantage aux paraplégiques et aux amputés. Il y a différents niveaux: de “l’introduction” à “l’excellence”, vous pouvez jouer pour la compétition, mais aussi juste pour le plaisir. Au jeu !

À quoi ça ressemble (ceux-là, ils sont dans le niveau “excellence”):

Il y a des clubs de hockey sur luge en Abitibi-Témiscamingue, en Estrie, à Laval, à Montréal, dans Québec-Chaudière-Appalaches, dans la région de Richelieu (rive sud de Montréal) et au Saguenay-Lac-St-Jean.

Pour plus d’informations, visitez le

 http://www.hockey.qc.ca/fr/page/programmes/regionsclubs_et_coordonnees.html

Une journée bien remplie

Vous savez, à un congrès, ce qui est dit durant les pauses entre les participants est tout aussi intéressant que ce qui est dit durant les conférences. Claude Lefrançois me parlait d’un homme quadriplégique qui fait de la voile adaptée. Il contrôle seul son bâteau. Je n’ai pas d’image de cet homme en particulier, mais comme il n’est pas le seul, voici un vidéo qui s’y apprente. Un dernier exemple de sport adapté que je vous propose aujourd’hui. Il en existe bien d’autres. J’espère que vous aurez le goût d’en apprendre davantage, et de faire vos propres recherches pour trouver l’activité physique qui vous convient le mieux.