Réadaptation neurologique pour l'accident vasculaire cérébral (AVC)

Un accident vasculaire cérébral (AVC), ou attaque cérébrale, est une défaillance de la circulation du sang qui affecte une région plus ou moins importante du cerveau. Il peut être ischémique lorsqu’il y a interruption de la circulation sanguine à l’intérieur du cerveau ou hémorragique lorsqu’il y a rupture d’un vaisseau sanguin à l’intérieur du cerveau.

La gravité des séquelles dépend de la région du cerveau atteinte et des fonctions qu’elle contrôle. Plus la région privée d’oxygène est grande, plus les séquelles risquent d’être importantes. À la suite d’un AVC, certaines personnes auront de la difficulté à parler ou à écrire (aphasie) et des problèmes de mémoire. Elles pourront aussi être atteintes d’une paralysie plus ou moins importante du corps.Causes les plus fréquentes: athérosclérose, hypertension, anévrisme, malformation vasculaire, etc. Il arrive aussi que la cause reste inconnue.

La réadptation après un AVC est-elle acquise ou faut-il pérenniser les résultats ?

Parfois on fait de la physiothérapie et on a l’impression que cela ne sert à rien. Et quand on arrête la physiothérapie, notre condition se détériore. À l’image d’un athlète de haut niveau, après un AVC, il faut maintenir et entretenir cette activité pour éviter de perdre le bénéfice de la réadaptation. C’est également le meilleur moyen de prévenir une récidive. En effet, après une lésion cérébrale, le risque de récidive est estimé entre 30 et 45%, celui de l’infarctus du myocarde ou d’une autre atteinte vasculaire est également très élevé. La prévention secondaire est donc un enjeu majeur, elle passe par le contrôle des facteurs de risques et notamment par la pratique d’activité physique. Pour ce faire, Neuro-Concept vous propose des cours de groupe, des séances avec le kinésiologue ou un programme d’exercices personnalisés dans le gym entièrement adapté.

Peut-on récupérer longtemps après un AVC ?

Autant l’AVC arrive brutalement, très violemment, autant la récupération va être très longue. Il faut donc s’accrocher, il faut continuer la réadaptation. C’est parfois long mais plus on travaille, plus on s’accroche et plus on peut récupérer un maximum. Il est toujours très compliqué de dire à quelle hauteur, à quel niveau un patient va récupérer mais un patient peut récupérer énormément.

Pendant très longtemps on pensait qu’au bout de quelques mois la récupération était finie. Mais maintenant on s’aperçoit que même au bout de quelques années, on peut encore récupérer. Toute notre expertise en neuro-réadpatation et notre professionalisme vous accompagneront à chaque étape.

Notre équipe de professionnels saura vous accompagner vers votre objectif

Prenez un rendez-vous